En début de semaine, j'étais une baleine échouée. Histoire de tromper l'ennui, je m'entraine à jouer d'autres rôles et je m'en suis trouvée un dans le même accabit : la grosse vache qui regarde passer les trains en ruminant ... Je m'explique : notre maison se trouve pas loin de la gare et notre chambre donne justement de ce côté là. Du coup, quand j'ai envie de me dégourdir les jambes (ça donne des crampes de rester allongée trop longtemps), je me lève, j'attrape un truc à grignoter (jamais bien loin) et je me mets à la fenêtre en grigotant (ou ruminant) le temps de regarder un train passer ! Et les jours de grèves comme hier, quand il y a un peu moins de trains, j'admire les fleurs du jardin se découpant dans le bleu du ciel ...

009

Ou alors je me dis que la haie a besoin d'être taillée mais que ce n'est sûrement pas moi qui vais m'y attaquer ! Des volontaires dans la salle ?

Pendant ce temps là, il se passe des choses dans la cuisine ... si, si je vous assure ! Non pas que les ustensiles soient animés de vie mais si on les aide un peu, ils se débrouillent tous seuls comme des grands. Dans le cas présent, il suffisait de mettre le bol de la sorbetière au congélateur la veille et de préparer les ingrédients pour le sorbet le matin et de les entreposer au frais. De quel sorbet je vous parle ? Mais de celui au lair ribot d'Estérelle bien sur ! Seul petit changement à la recette initiale : j'ai voulu testé l'orange en lieu et place du citron.

003

Verdict : à la maison, tout le monde a préféré la version au citron. Moi celle ci me plaît bien aussi.